Aller au contenu principal

CAMPUS VERT D'AZUR ANTIBES

ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL, TECHNOLOGIQUE ET PROFESSIONNEL SCIENCES ET ENVIRONNEMENT - PAYSAGE - VÉGÉTAL- ÉQUESTRE

Entre Terre et Miel

Visite des stagiaires BP REA chez Julien ANCEL

Julien ANCEL, 37 ans, Alsacien d’origine, exploite ses terres à Saint Cézaire depuis 2010. Il a une solide formation : Bac Sciences et Technologies de l’Agronomie, puis un BTS production agricole. Il a également suivi une formation de Technicien Conseil en Agriculture Biologique. Avant de créer son entreprise, Julien décide d’être salarié ; il apprend le métier chez les autres producteurs et il économise environ 40 000€. Il crée son entreprise « Entre Terre et Miel » en octobre 2009 avec une aide DJA (Dotation jeune Agriculteur), à hauteur de 35 000€.
Il achète un terrain en friches pratiquement non exploitable de 3 ha à Saint Cézaire pour la somme 139 000€. C’est pratiquement une forêt, sans eau, sans électricité, aucun chemin d’accès. Il lui faut plus de 2 ans pour défricher, faire un chemin d’accès. Il a acheté du matériel de construction et de défrichage, dont une pelleteuse qu’il utilise régulièrement. Il produit 100m3 de bois de chauffage qu’il utilise et qu’il vend. Il doit dépenser 9000€ pour le raccordement électrique. Il construit un bâtiment d’exploitation de 200m2 au sol sur trois niveaux, ce qui lui coûte environ 200 000€.

Il s’est endetté au maximum pour effectuer tous ces travaux, mais il avance et il progresse. Il rembourse actuellement 15 000€ par an en crédit. Il a commencé par cultiver 7000m2 de terrain avec notamment de la culture de safran qu’il a abandonnée car trop de production pour très peu de clients. Il a exploité des ruches, une cinquantaine, qui lui ont produit jusqu’à 1200 kg de miel la meilleure année. Il a commencé à planter des arbres fruitiers sur ses terres maraîchères pour évoluer en agroforesterie. Il a acquis 150 oliviers au village sur une surface d’1ha et il transforme ses olives en pâte d’olive qu’il vend en direct. Il a une quarantaine de poules dont il vend les œufs, une 60aine de brebis et des moutons qu’il fait travailler en éco pâturage sur les terres d’autres propriétaires et dont il tire de la laine. Actuellement, il a 900 m2 de serres pour certains semis et des cultures potagères dont la mâche actuellement.

Il exploite 7000 m2 de terres en maraîchage bio plein champ ; Il a le projet de construire un bassin de rétention des eaux pluviales + l’eau du réseau dont il fait ventiler le chlore, puis filtration pour obtenir environ 400 m3 d’eau pour les arrosages (économie substantielle sur une année) ; cela lui permet de passer de zone rouge au niveau du PPRi en zone bleue, et ainsi pouvoir accueillir du public sur la zone. Il a acheté 3 ha de terre sur laquelle il va planter des chênes truffiers et des vignes, il souhaite également planter des agrumes et des avocatiers. Dans sa cave, il projette de produire des champignons et des endives. Il a encore le projet de construire un atelier de transformation pour une fromagerie, miellerie, pâte d’olive et autres produits à venir.

Ce dernier projet est autofinancé, il a en effet déclaré un CA de 95 000€ sur le dernier exercice. Il a récemment prêté à sa compagne des terres maraîchères en système commodat car il n’est pas très favorable au système conjoint collaborateur. Il vient d’acquérir un véhicule utilitaire réfrigéré d’une valeur neuve de 28 000€ dont il touchera un remboursement conséquent grâce au dispositif AIME. Son objectif est d’être autonome, de ne rien gaspiller et tout valoriser. Il vend au marché du village le samedi matin et en livraison directe clients via le système d’AMAP une soixantaine de paniers par semaine. Etant donné le volume de travail il a recours à des woofers ou à des stagiaires, et il compte embaucher un ETP dès janvier 2020.

Julien ANCEL est très occupé mais c’est un homme heureux.

Article rédigé par Marie-Hélène (stagiaire BP Responsable d’Entreprise Agricole)