Aller au contenu principal

FORMATIONS VERT D'AZUR ANTIBES

PAYSAGE - HORTICULTURE - EAU - VENTE

« Délices de nos régions » , un pas vers l'avenir !

Le 17 Mars 2017 s'est tenue la journée portes ouvertes du lycée Vert d'Azur d'Antibes. Parmi les nombreux stands présents figurait celui de l'équipe « Délices de nos régions », fruit d'une collaboration entre trois étudiants en seconde année de BTS Production Horticole, une agricultrice, Mme Valtier, chef d'exploitation et propriétaire de la Basse-cour des Granges et l'administration du LEGTA. Les visiteurs y étaient accueillis par une dégustation de Pissaladière et de Tourte de Blettes et ont pu découvrir une immense diversité de produits biologiques comme des savons aux huiles essentielles, des confitures, sirops, miels, huiles, herbes, œufs et même des saucisses issues d'une race de cochon préhistorique !

 

 

Un relai pour l'agriculture locale au cœur du lycée

 

De 9h à 17h30, les visiteurs se succédèrent, attirés par la profusion de produits et l'odeur des crêpes cuisinées sur place par Mme Valtier. Ils ont pû alors découvrir une richesse insoupçonnée représentative de ce que peuvent nous fournir les agriculteurs du terroir niçois. Il est intéressant de remarquer que les produits transformés, nécessitant l'intervention de plusieurs professionnels, comme les savons sont également issus du réseau de l'agricultrice. C'est à dire qu'ils ne quittent jamais le département du début à la fin de la chaîne de l'itinéraire de production.

Par ailleurs, la dégustation de Tourte de Blettes et de Pissaladière, toutes deux confectionnées avec des produits issus de l'agriculture biologique locale par les étudiants, a donné naissance à des discussions sur la question plus large du lien entre développement durable et circuit de commercialisation court.

Manger local : passéisme ou réel progrès ?

 

Force est de constater que l'engouement pour les produits alimentaires de qualité s'accentue auprès des consommateurs. Pour beaucoup, cela passe par la certification AB et le local.Il est indéniable qu'il existe un certain effet de mode mais ce choix n'en est pas moins légitime, et ce pour de nombreuses raisons ! En effet, une telle démarche correspond tout simplement aux trois piliers du développement durable : les piliers environnemental, social et économique. Tout d'abord, la réduction drastique des émissions de gaz à effet de serre liées au transport des denrées par rapport aux produits importés. D'autre part, la géographie départementale impose des petites exploitations diversifiées, où il est facile de réduire ou de bannir l'utilisation d'intrants chimiques (comparé aux grandes cultures céréalières monospécifiques.) C'est un point essentiel pour la bonne santé du consommateur et le respect de l'environnement mais également des qualités gustatives du produit puisque le sol est alors travaillé et enrichi par des amendements organiques, l'enrichissant à long terme et bonifiant ainsi le produit qui en est issu. Enfin, ces circuits courts favorisent le développement de l'emploi local et le maintien du tissu social puisque toute la chaîne de production est située au sein du département, du producteur jusqu'au consommateur en passant par les transformateurs, les coopératives, les AMAP et même les moyennes et grandes surfaces.

 


Le vif intérêt porté par public pour l’événement « Délices de nos régions » nous confirme que de telles interventions ont tout à fait leur place au cœur du Lycée Vert d'Azur. En l’occurrence, cette démarche a permis d'une part à Mme Valtier de gagner en visibilité et d'autre part de rapprocher le public des producteurs locaux puisque de nombreux clients ont relevé les coordonnées de la productrice afin de passer commande ultérieurement. De plus, cela correspond parfaitement au rôle du lycée qui se doit d'être une passerelle entre le public et le futur du monde agricole.